Les voyagesPréparer votre voyageL'esprit Chines Plurielles

Les voyages

Voyager en Chine, ce n’est pas seulement découvrir les villes de la côte Est ou visiter le patrimoine architectural millénaire. C’est aussi découvrir des paysages grandioses, des ethnies, une production artisanale originale.

Lire plus

Préparer votre voyage

Vous êtes un groupe d’amis, une association, un club, des passionnés de photo, vous voulez construire votre propre voyage en prenant des circuits qui vous intéressent dans un ou plusieurs de nos parcours ?

Lire plus

L'esprit Chines Plurielles

L’association promeut les échanges culturels franco-chinois en organisant des voyages hors sentiers battus au plus près des habitants et de la nature.

Lire plus

Accueil

Xiahe/Linxia

C’est la ronde infinie. Les moulins à prières des murs d’enceinte de Labrang n’en finissent pas de tourner et gémir. Paumes jointes en vasques sur leur front, les mains des pèlerins marquent « ciel, parole, cœur » puis glissent sur le sol. Les gestes sont répétés comme pour les laver de tous péchés préparant à un meilleur karma. Cette ferveur est émouvante. D’autant que les visages, creusés par la fatigue, n’en finissent pas de sourire. Engoncés dans leur cape épaisse de laine -de bure pourrais-je dire- couverts de poussière, portés par une inébranlable foi, les pèlerins répètent à l’envi leurs prières. 

Une fois pénétré dans le monastère, l’on repère ici ou là des portraits du Dalaï Lama qui seront recouverts d’écharpes blanches en cas de visite officielle d’un dignitaire chinois. Il s’agit de sauver les apparences. En ce lieu l’intelligence politique l’emporte dans les deux parties. 

Les pourtours du monastère de Labrang sont occupés par des magasins de vente d’objets de culte …tenus par des musulmans et de petits restaurants dirigés…par les mêmes. S’y rencontrent des touristes et des moines. Une fois quitté Labrang et ses 2900 mètres nous nous dirigeons vers Linxia « la petite Mecque » comme la surnomment fièrement ses habitants. A Linxia le commerce est florissant comme dans tous les grands carrefours de la route de la soie. Vendeurs ambulants de fruits et légumes, échoppes rappelant les souks nous transportent en Orient. Les mosquées aux allures de pagodes, dont la cour intérieure ressemble à s’y méprendre aux salles d’audience des mandarins Ming, sont nombreuses. Et là-bas, en retrait, perchés ou creusés dans les .falaises des plateaux de lœss, les temples taoïstes nous tirent leur révérence.

Tongren/Xiahe

Ici, traditionnellement, ce sont les hommes qui réalisent la peinture des tankas. Ici ? Nous sommes à Tongren. Tongren est une des capitales de l’art tibétain « regong » des tankas. Les jeunes artisans, tout comme les moines, produisent ces peintures sacrées. Servant à la méditation, elles représentent le plus souvent l’enseignement du bouddha ou des grands maîtres du bouddhisme et des mandalas (représentation mystique et symbolique du paradis bouddhique). 

Notre jeune hôte nous explique avec fierté et enthousiasme que ses parents et arrières grands parents étaient des peintres reconnus. Il en perpétue la tradition. Il reçoit des commandes de tous les monastères et de la Chine entière. Est débordé et recours, à chaque fois que nécessaire, au savoir-faire féminin. Si, comme nous l’avons vu, les tankas sont de vocation spirituelle ils peuvent aussi revêtir un caractère plus profane, voire contenir des chartes de médecine. Ceci est tellement vrai que notre jeune peintre nous a raconté une anecdote à ce sujet. Un jeune sinologue français connaissant parfaitement l’art bouddhique dont il fait commerce lui a passé commande d’un tanka représentant la jeune tibétaine dont il était épris. Il souhaitait la voir figurer au centre d’une composition entourée de déesses et de boddhisattvas. Le peintre refusa. Le jeune sinologue fit assaut de conviction et…sortit une impressionnante liasse de billets. Rien n’y fit. Le peintre refusa encore. Il accepta seulement de peindre la jeune femme entourée de nuages. Autrement dit, la peinture peut être profane mais pas à n’importe quel prix. On pourrait ajouter : pas à n’importe quel prix et dévoiement! Mais à la réflexion comment s’empêcher de penser : "pour combien de temps encore, avec la demande de plus en plus pressante des chinois?". 

Xining/Tongren

Entre nuages vanillés, montagnes ocres ou rouges, collines peuplées de conifères et pâturages, le camion-caravane emprunte des routes aériennes, canyons, espaces arides pour découvrir des villages cachés au sommet des lignes de crêtes. Auparavant nous avons visité le monastère de Qutan. Sorti de nulle part, sauf sans doute d’une volonté politique de reconquête de la dynastie Ming, le monastère de Qutan est l’exemple même de la sinisation de l’art bouddhique. Construit en 1387 sur le modèle du palais d’été de Pékin, d’architecture très sobre, il abrite d’exceptionnelles peintures murales ayant échappé aux destructions de la révolution culturelle. Les motifs, d’excellente facture, sont en rupture avec ceux de l’art Gandhara si présent à Dunhuang. Ils représentent la vie de Sakyamuni de sa naissance à sa crémation dans un décor de paysages, kioskes, pavillons, scènes de vie quotidienne, costumes et visages caractéristiques du 14ème siècle. En revanche les temples contiennent des statuaires et des mandalas directement issus de l’école tibétaine. C’est toujours un crève-cœur de quitter cet endroit entretenu et protégé par des moines originaires des régions de l’Amdo et de la Mongolie intérieure. Mais la suite est une leçon de cohabitation multiethnique. Ici, des villages tibétains avec leurs stupas et drapeaux de prières, plus loin de belles maisons en briques et des musulmans calottes blanches déposées sur la tête, puis retour aux villages tibétains ou Han ou aux mosquées dont le minaret est construit dans la même veine que les pagodes chinoises… 

Qu’il fait bon respirer cet air là !

Matisi/Xining

La nature redevient plus rude. Les pentes nues des montagnes sont couronnées de neige. La montagne Qilian n’est pas de tempérament généreux. Ici l’on voit le vrai visage de la pauvreté chez les rares habitants que nous avons rencontrés.
Il faut franchir des cols de plus de 3000 mètres, voire de plus de 4000 mètres, qui n’en finissent pas. Et pourtant les lacets sont resserrés. A peine si nous ne pouvons toucher le véhicule qui nous suit lorsque nous le surplombons. Première barrière franchie, nous accédons à d’immenses pâturages où l’herbe en germe retarde son départ. Il y en a suffisamment pour que les tibétains sortent leurs troupeaux de yacks ou de moutons. A l’aide de leurs redoutables chiens et à coups de motos, ils dirigent le début de la transhumance. Sortie de nulle part une cavalière fait la ronde autour de nous. Etale son savoir-faire, puis, après un élégant salut, reprend en mains son troupeau. Plus loin, nous rencontrons les pèlerins ou les fidèles se rendant à la prière. Une jeune fille révise la manière de se vêtir  à la manière des tibétains de l'Amdo. Non qu’elle soit habillée en habits de ville, mais elle nous dit que les tenues qu’elle porte ont été achetées à Lhassa. Arrivent enfin les 4000 mètres. L’air se raréfie, le froid nous transperce, la neige nous encercle. Des drapeaux de prières marquent le passage du col. Les mâts sont réalisés en plaques de bois décoré en forme de plume de flèche. Il ne nous reste plus qu’à plonger vers le lac Kokonor, le second lac d’altitude du monde, avec ses dunes blanches et ses pâturages prometteurs…pour l’été. Puis vient Xining la capitale du Qinghai.

Matisi

Après le désert viennent les cultures irriguées. Le vert pose enfin sa couleur sur la terre et sa sournoise grenaille. Face à nous, des parois verticales. Y sont installés des refuges -cellules troglodytes des moines- ainsi que des temples. L’accès aux salles de prières est acrobatique. Il convient pour certains temples de réviser nos pratiques de varappe pour escalader les marches qui ont été creusées dans les murs. Heureusement les moins hardis accèderont aux lieux de prière en toute sérénité. Les nonnes vendent timidement de jolis nœuds infinis de bonheur, et là-haut, un moine passe et repasse, à chacun de nos passages, sa serpillère sur les marches d’accès au temple tibétain.
Ce soir nous camperons face aux montagnes dont on écrit les noms compliqués dans un alphabet vierge. Les neiges rejoignent l’horizon mais les arbres nous protègent de l’air cinglant de la nuit. Les tentes sont rapidement montées. Maintenant c’est une question d’habitude…L’équipement et la batterie de cuisine, les tables pliantes etc…. Tout aussi vite. La discussion entre Rose et Li Xa notre chauffeur est animée autour de la réalisation de la recette…Questions d’épices, de cuisson etc…A dire vrai, quoiqu'il en soit, nous savons que le résultat sera excellent. Ce que, sitôt servis, nous avons vérifié. Tables débarrassées et vaisselle collective faite, ce soir c’est le tour des hommes, il ne nous reste plus qu’à rameuter les rayons de lune pour percer les ténèbres. Azur en poche pour attendre le matin, nous écoutons le bruit des ailes, les frôlements des moutons le long des toiles, les échos de torrents. Nous ne nous soucions plus du temps, le soleil saura nous réveiller.

Caravane sur la route de la soie

Attention : nous proposons pour ce grand voyage  trois variantes. Il y  a un parcours commun jusqu’au 19ème jour.  • La première variante de 25 jours propose un parcours  de […]

Lire plus
Chine d’hier et d’aujourd’hui

Pour votre premier voyage en Chine, les grandes villes et sites les plus connus sont incontournables. Mais ce serait dommage d’en rester là. Ce voyage de 18 jours vous conduira, […]

Lire plus
Deux mondes chinois

  Ce parcours de 18 jours donnera l’occasion de découvrir qu’il n’y a pas qu’une Chine mais plusieurs, comme autant de régions, aux différentes cultures, connaissant d’importants décalages dans leur […]

Lire plus
Montagnes en miroirs et maisons fortifiées des Hakka

Patrick Mckeever, expert de l’UNESCO de l’ONU lors de sa visite à Taining dans la province du Fujian, en a dit la chose suivante : «J’ai parcouru beaucoup de pays, […]

Lire plus